Programme des activitésAnnée académique 2018-2019

Pouvoirs et régulation sociale dans l’histoire

Responsable : Xavier Rousseaux


Xavier Rousseaux (UCL, porte-parole), Jérôme de Brouwer (ULB), Axel Tixhon (UNamur)


Organisateurs : X.Rousseaux, A.Tixhon (extension en cours à d’autres promoteurs)
Membres : F.Vesentini, D.Niget, M.de Koster, A.François, A.Musin, J.de Brouwer, J. Campion
Partenaires extérieurs éventuels : Musée, institution scientifique, institution universitaires hors Communauté française de Belgique (liste provisoire)
U.Angers (CERHIO-HIRES), CHRS (UQAM), CRIMPREV, GERN, IAHCCJ, U.Poitiers (GERHICO), U.Dijon (Centre Georges Chevrier), Lamop. IHRF (U.Paris-1), Centre d’histoire du XIXe siècle, (Paris Ï-Paris IV), IHRiS (U. Lille III) Université de Genève-Université de Lausane (GHMC), Université de Gand(Instituut voor Rechtsgeschiedenis, Vakgroek Nieuwste Geschiedenis) , Ceges, Archives de l’Etat , Ecole Royale Militaire, Institut d'Etudes Avancées

Résumé de la problématique
L'étude des différents configurations du pouvoir a été profondément renouvelée par les réflexions théoriques et pratiques issus des sciences sociales, consacrés au politique et au contrôle social. Plus récemment le concept de “ régulation ” sociale est apparu comme capable d’intégrer à la fois les phénomènes de structure (normes, institutions, réification des catégories de genre, de classe, de "race"), et les pratiques des acteurs collectifs et individuels (adhésions, incorporations, procédures, résistances, subversions), en enchâssant la logique même du social dans une dynamique temporelle (dialectique de cohérence-reproduction vs fragilité-changement social).
Ce module relève d’une triple spécificité.
Transpériode : l’approche se veut résolument de longue durée.
Pluridisciplinaire : on privilégiera la discussion sur les apports des sciences sociales aux recherches historiques: anthropologie, sociologie, science politique, démographie
Thématique : le module se concentre sur l’approche évolutive des configurations du pouvoir (formes de gouvernance : de la tribu à l’Etat), des crises (violences, conflits, guerre et révolution) et de leurs règlements (de la vengeance au procès judiciaire).